4e édition, été 2017

Concept

Inspiré par l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, la beauté de sa nature, ses riches reliefs culturels et son amalgame urbain, Concerts Ahuntsic en Fugue est en mouvement dans son quartier, dans une approche moderne de la présentation et de l’implantation de la musique classique.

 

Une fugue musicale propose quatre mélodies simultanées qui forment une entité harmonieuse. Voilà la structure de nos événements : quatre soirs, quatre concerts, quatre lieux emblématiques du quartier, quatre thèmes inspirés de son patrimoine, son environnement, son milieu de vie et son économie.

 

Les meilleurs musiciens du Québec et de la relève, de grandes œuvres, des découvertes et des rencontres, au cœur de notre quartier, de ce que nous sommes.

 

Voici une vidéo synthèse de la troisième édition d'Ahuntsic en fugue (cliquer ici).

375e de Montréal

Cette année, le projet Concert des 7 stations des berges, présenté par les Concerts Ahuntsic en Fugue, fût sélectionné dans la programmation officielle du 375e de Montréal.

Vendredi 25 août 2017 – 20 h

 

Concert des 7 stations des berges

Coin des rues Basile-Routhier et Parc-Stanley

 

Dès 20h, les participants seront amenés à parcourir les sept stations des berges à la rencontre de musiciens classiques exécutant des œuvres du répertoire qui ont marqué l'histoire de Montréal.

 

Circuit d’une durée de 70 minutes

4 départs : 20h30 – 20h40 – 20h50 – 21h00

Vous êtes invités à venir vivre un concert de musique de chambre réinventé en découvrant un parcours piétonnier de sept stations musicales spécialement déposées sur les berges de la Rivière des Prairies et dans le parc Basile-Routhier, pour conjuguer force de la nature, beauté de l’aménagement d’un site et émotion de la musique.

 

Vous vous déplacerez en 4 petits groupes (voir les heures de départ), près des berges puis sur un site de verdure et, pendant 70 minutes, la nature et les grandes œuvres du répertoire vous seront servies, pour vous envelopper de souvenirs et d’émotions. Vous êtes invités à apporter votre lampe de poche pour votre déplacement dans le parc et afin de participer au décor lumineux du site.

 

Après la 6e station, les spectateurs de chaque groupe se rassembleront au pavillon d’accueil du Parcours Gouin pour attendre le dernier groupe; un service de bar sera offert.

 

Vers 22h15, tous les musiciens du parcours viendront rejoindre les spectateurs pour interpréter un hymne-hommage à l’arrondissement, composé spécialement pour le 375e anniversaire de Montréal par le compositeur ahuntsicois reconnu Kiya Tabassian, sur un texte du poète renommé Jacques Boulerice, d’Ahuntsic également. La création, en première mondiale, de cette œuvre inédite et unique sera le point d’orgue de l’événement et la partition et le texte seront remis en legs à l’arrondissement.

 

Bienvenue !

Concerts

Samedi 12 août - 20h

 

L'âme slave d'est en ouest

Salle Marguerite-Bourgeoys du Collège Regina Assumpta

1750, rue Sauriol Est

Grand concert d’ouverture en compagnie du pianiste David Jalbert et du Quatuor Claudel-Canimex. Œuvres de Prokofiev, Borodine, Gershwin, Kelly-Marie Murphy et d’Antonín Dvořák.

Programme

 

Kelly-Marie Murphy

Huron Carol Interlude (1998) (5')

George Gershwin (1898-1937)

Lullaby (1919) (7’)

Sergueï Prokofiev (1891-1953)
Roméo et Juliette (1937) (10’)

2. La rue s’éveille

4. La jeune Juliette

8. Montaigus et Capulets

Alexander Borodin (1833-1887)

Quatuor à cordes no. 2 (1881) (8’)

III. Nocturne

Pause

Antonín Dvořák (1841-1904)

Quintette pour piano no. 2 en La majeur, opus 81 (1887) (35’)

Allegro ma non tanto

Dumka : Andante con moto

Scherzo (Furiant) : molto vivace

Finale : Allegro

Musiciens

 

Quatuor Claudel-Canimex

Élaine Marcil, violon

Isabelle Gervais, violon

Annie Parent, alto

Jeanne de Chantal Marcil, violoncelle

David Jalbert, piano

Lundi 14 août - 20h

 

Autour du génie d'André Mathieu

Loft 101 du quartier Chabanel

101, rue de Louvain Ouest

Découverte d’un espace historique du quartier Chabanel pour célébrer les grands compositeurs montréalais dont André Mathieu, François Dompierre, Claude Champagne. Animation par Georges Nicholson.

Programme

 

Jean-Baptiste Lafrenière (1874-1912)

Valse miroir (1907) (8')

André Mathieu (1929-1968)

Concerto de Québec arrangé pour piano seul (1942) (4’)

Prélude romantique (1951) (4’)

Sonate pour violon et piano (1944) (12’)

Claude Champagne (1891-1965)
Danse villageoise (1929) (2’)

François Dompierre (1943-)

Les diableries pour violon et piano (1979) (7’)

1. Le diable boiteux

2. Le diable amoureux

3. Le diable gigueux

4. Le diable heureux

5. Le diable grincheux

Mathieu Lussier (1973-)

Bacchanale pour flûte, basson et piano (2011) (8’)

Guillaume Martineau (1985-)

Improvisation

Musiciens

 

Guillaume Martineau, piano

Jean-Sébastien Roy, violon

Mathieu Lussier, basson

Ariane Brisson, flûte

 

Animation

 

Georges Nicholson

Mercredi 16 août - 20h

 

Doux vents d'été

Terrain extérieur de l'Église Saint-André-Apôtre (ou dans son chœur)

10530, rue Waverly

Égayé par le Quintette à vent Pentaèdre, troisième concert d’œuvres allant du classique à la musique sud-américaine, de Mozart à Piazzolla, sur terrain gazonné de l’église (ou dans son chœur en cas de mauvais temps).

Programme

 

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

Quatuor en La majeur K. 464 (1785) (28')

Allegro

Menuetto & Trio

Andante (Thèmes et variations)

Allegro non troppo

Paquito d'Rivera (1948-)

Aires tropicales (16’)

Alborada

Son

Habanera

Vals Venezolano

Afro

Contradanza

Astor Piazzolla (1921-1992)
Les quatre saisons de Buenos Aires (1965-1970) (14’)

Été

Automne

Musiciens

 

Quintette Pentaèdre

Ariane Brisson, flûte

Marjorie Tremblay, hautbois

Martin Carpentier, clarinette

Mathieu Lussier, basson

Louis-Philippe Marsolais, cor

Vendredi 18 août - 20h

 

Soirée romantique estivale

Église de La Visitation

1847, boulevard Gouin Est

Occasion exceptionnelle d’entendre la mezzo-soprano de renommée mondiale Julie Boulianne à l’église de La Visitation dans notre quartier ! Wanderer Fantaisie de Schubert par Mathieu Gaudet et animation par Georges Nicholson.

Programme

 

Franz Schubert (1797-1828)

Le Pâtre sur le rocher, D. 965 (1828) (12')

Olivier Messiaen (1908-1992)

Quatuor pour la fin du temps (1941) (8’)

III. Abîme des oiseaux

Reynaldo Hahn (1874-1947)
Mélodies (19’)

Le Rossignol des Lilas

Trois jours de vendange

 À Chloris

 Fêtes galantes

 Quand la nuit n’est pas étoilée

 Quand je fus pris au pavillon

 Si mes vers avaient des ailes

 L’heure exquise

Franz Schubert (1797-1828)

Fantaisie en Do majeur (Wanderer), D. 760 (1722) (22’)

Allegro con fuoco ma non troppo

Adagio

Presto

Allegro

Musiciens

 

Julie Boulianne, mezzo-soprano

Mathieu Gaudet, piano

Hubert Tanguay-Labrosse, clarinette

 

Animation

 

Georges Nicholson

Artistes

Julie Boulianne mezzo-soprano

Reconnue pour son intelligence musicale et sa grande sensibilité, la mezzo-soprano canadienne Julie Boulianne s’est rapidement fait remarquer sur les plus grandes scènes du monde. Son répertoire  s'étend de la musique baroque à la musique contemporaine, avec une prédilection pour la musique de Handel, Mozart, Rossini et Berlioz. Originaire de Dolbeau-Mistassini, Julie Boulianne est diplômée de la Juilliard School of Music de New York et de l’École de musique Schulich de l’Université McGill. Elle a reçu d’importants prix et récompenses. En 2012, entre autres, le Conseil québécois de la musique soulignait l’importance de sa carrière internationale en lui décernant le Prix opus « Rayonnement à l’étranger ». Lauréate du Prix de la Chambre Professionnelle des Directions d’Opéra remis au finaliste le plus prometteur lors du Concours Musical International de Montréal, Julie Boulianne a aussi reçu le Premier prix de la Joy in Singing Competition de New York et le Silverman Prize, offert par l’International Vocal Art Institute. Elle reçoit depuis plusieurs années le soutien de la Fondation Jacqueline Desmarais et du Conseil des Arts du Canada. En 2017, elle reçoit le Prix Opus de l’Interprète de l’année, assorti d’une bourse du Conseil des arts du Canada.

Ariane Brisson flûte

Depuis son entrée en 2008 au Conservatoire de musique de Montréal dans la classe de Marie-Andrée Benny, d'où elle obtient un Prix avec Grande Distinction à l'unanimité du jury en 2013, la flûtiste Ariane Brisson s'est démarquée à travers différents concours nationaux et internationaux, notamment à la 28e édition du concours de l'OSTR (Grande Lauréate - 2012), au prestigieux concours du Prix d'Europe (Grande Lauréate - 2013), ainsi qu’à la 6e édition du concours international de flûte de Cracovie (2014).

 

Grâce au soutien financier du Prix d’Europe, elle a étudié à la DePaul University de Chicago sous la tutelle du flûtiste Mathieu Dufour (2013-2014). Au printemps 2016, elle a obtenu une maîtrise en interprétation avec mention exceptionnelle de la Faculté de musique de l'Université de Montréal, dirigée par Denis Bluteau. Ses activités de musicienne pigiste au Québec et à l'étranger lui permettent des participations remarquées notamment aux Violons du Roy, aux Grands Ballets Canadiens ainsi qu'à l'Orchestre symphonique de Montréal. En plus de multiplier ses collaborations à travers divers projets de musique de chambre indépendants, Ariane forme en 2015 avec le pianiste Olivier Hébert-Bouchard le duo Palladium et joint en 2016 les membres du réputé quintette à vent Pentaèdre.

Quatuor Claudel-Canimex

Depuis 27 ans l’ensemble a acquis une réputation des plus enviables. Avec plus de 500 concerts, 15 disques et 20 créations, il a joué dans la plupart des festivals du Québec et du Canada avec de grands musiciens de la scène classique. Au cours des dernières années, l’ensemble a réalisé plusieurs concerts marquants qui lui ont valu une nomination pour le prix musique des Grands Prix Desjardins de la Culture en 2015. Un moment fort est certainement Un baryton dans ses cordes avec Étienne Dupuis. D’abord présenté à la Salle Bourgie, puis trois fois dans Lanaudière, le projet a été enregistré sous étiquette ATMA classique et chaudement accueilli par la critique. L'ensemble se démarque par la programmation de projets impliquant des musiciens de renoms, ainsi que des artistes de diverses disciplines - poésie, théâtre, danse. Les musiciennes s’exécutent sur de magnifiques instruments du luthier Jean-Baptiste Vuillaume, généreusement prêtés par Canimex.

Mathieu Gaudet piano

Depuis son interprétation du 2e concerto de Brahms à Toronto avec le chef Leon Fleisher, le pianiste Mathieu Gaudet s’est rapidement établi sur la scène canadienne comme un artiste complet, salué pour la passion et l’intelligence de son discours musical. Ses deux premiers albums, dédiés à Rachmaninov et Schumann, ont été reçus avec enthousiasme par la critique et les mélomanes. Il a entrepris la tâche colossale d’interpréter l’intégrale des sonates de Schubert et autres œuvres majeures pour piano en 12 concerts sur 4 ans, de 2015 à 2019, à la Chapelle historique du bon Pasteur de Montréal. Cette année il a également joué le concerto de Schumann avec l’Orchestre symphonique de Saguenay et un récital Schubert avec la flûtiste Nadia Labrie, qui deviendra bientôt un disque Analekta. Mr. Gaudet participe au festival Ahuntsic en Fugue depuis la première année, comme pianiste en résidence puis également comme co-directeur artistique.

David Jalbert piano

Virtuose élégant et chaleureux au répertoire éclectique, David Jalbert s’est taillé une place de choix parmi les pianistes de la nouvelle génération : « À compter d’aujourd’hui, il faut ajouter le nom de David Jalbert au panthéon de nos grands interprètes » (l’Actualité). L’un des 15 meilleurs pianistes canadiens de tous les temps d’après la CBC, M. Jalbert se produit régulièrement avec orchestre ou en récital à travers l’Amérique du Nord et l’Europe, et ses enregistrements ont été acclamés par la critique de par le monde. Son intégrale des Nocturnes de Fauré a été sélectionnée comme la version moderne de référence par le jury de La Tribune des critiques de disques de France-Culture, et ses enregistrements des Préludes et Fugues de Chostakovitch, des Variations Goldberg de Bach et de musique américaine ont tous connu des succès similaires. Chambriste accompli, il a aussi collaboré avec des artistes tels que Nicola Benedetti, le Quatuor Alcan et Denise Djokic et plus de son trio, Triple Forte. David Jalbert a été lauréat de plusieurs concours nationaux et internationaux, a remporté quatre Prix Opus et a été trois fois nommé aux Juno. Il est maintenant professeur à l’Université d’Ottawa.

Mathieu Lussier basson

Chef associé de l’orchestre de chambre les Violons du Roy, Mathieu Lussier a dirigé l’ensemble à l’occasion de plus de 100 concerts au Canada, au Mexique et aux États-Unis, collaborant entre autres avec des artistes comme Marc-André Hamelin, Alexandre Tharaud, Jeremy Denk, Jean-Guihen Queyras, Philippe Jarrousky, Anthony Marwood et Karina Gauvin. À titre d’instrumentiste soliste, Mathieu Lussier s’est appliqué pendant près de vingt ans à faire découvrir avec dynamisme et passion le basson et le basson baroque partout en Amérique du Nord et en Europe. Ses nombreux enregistrements en tant que soliste comprennent près d’une douzaine de concertos pour basson (Mozart, Vivaldi, Fasch, Graupner, Telemann et Corrette), un disque de sonates pour basson de Boismortier, trois disques consacrés à la musique pour basson solo de François Devienne, ainsi que deux disques de musique pour vents de Gossec et Méhul. Il poursuit aussi une carrière de chambriste avec l’ensemble Pentaèdre de Montréal et a été nommé professeur adjoint à l’université de Montréal à l’été 2014.

Guillaume Martineau piano

Révélation Radio-Canada 2015-2016 en jazz, le pianiste Guillaume Martineau se distingue par sa polyvalence et sa créativité. Il termine des études en jazz au Berklee College of Music à Boston en 2012 ayant reçu le North American Scholarship et le Zambelli Award. Alors qu’il détenait une maîtrise en classique à l’Université McGill et venait de remporter le 1er prix au Concours de musique du Canada en 2009, ce fut sa rencontre avec Oliver Jones qui l’a motivé à faire un saut en jazz. Il a été le soliste invité de six orchestres symphoniques différents, a enregistré le piano dans le long-métrage Louis Cyr et à ce jour trois albums de musique originale en son nom. Guillaume Martineau doit sa sensibilité musicale et son ouverture d’esprit à ses maîtres, tant jazz que classique : Menahem Pressler, Anton Kuerti, Richard Raymond, Gilles Manny, JoAnn Brackeen et Laszlo Gardony, pour ne nommer que ceux-là.

Georges Nicholson

Au Séminaire de Joliette, Georges Nicholson a été un disciple du père Fernand Lindsay. Il a étudié le piano, la composition et la musique électro-acoustique à l'Université McGill et a travaillé le chant avec plusieurs maîtres. Il a également étudié le cinéma avec Henri Langlois, fondateur de la Cinémathèque française. Pendant plus plus de vingt-cinq ans, il a mené une brillante carrière de réalisateur, animateur et chroniqueur à la radio de Radio-Canada. En plus d'avoir interviewé des centaines de musiciens, il a publié Charles Dutoit, le maître de l'orchestre, une biographie du pianiste-compositeur André Mathieu et un portrait du pianiste-compositeur Alain Lefèvre. Il a été consultant auprès de Robert Lepage pour la production de la Tétralogie de Wagner au MET de New York.

Pentaèdre

Depuis ses débuts en 1985, Pentaèdre se consacre à la découverte d’un répertoire de musique de chambre varié, original et souvent moins connu. Chambristes passionnés, ses membres explorent autant le répertoire de musique classique pour quintette à vent que les œuvres orchestrales ou les transcriptions.

 

Depuis une dizaine d’années, l’ensemble a établi des collaborations avec des artistes de grand renom comme Christoph Prégardien et Rufus Muller (ténors), Russell Braun et Phillip Addis (barytons), Karina Gauvin (soprano), Naida Cole, David Jalbert et Iwan Llewelyn-Jones (piano), tout en s’associant à des ensembles de musique de chambre tels que le Penderecki String Quartet et le Quatuor Arthur-Leblanc. L’ensemble s’est aussi produit à travers le Canada, en Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient.

 

À son actif : 7 disques, dont une version de chambre de Normand Forget du Winterreise de Schubert, qui a remporté le prix OPUS 2008 du meilleur disque – Musiques classique, romantique, postromantique, impressionniste et Stravinski-Le Sacre du Printemps/Moussorgski-Tableaux d’une exposition finaliste lors du Gala de l’ADISQ 2014. Ces reconnaissances s’ajoutent aux excellentes critiques de ses spectacles originaux L’amour est un opéra muet et A Chair in Love, ainsi qu’au prix OPUS du Meilleur concert de l’année, musique actuelle, contemporaine, électroacoustique reçu en 2002. Espace Musique/Radio-Canada et CBC diffusent régulièrement ses concerts de saison.

Jean-Sébastien Roy violon

Le violoniste canadien Jean-Sébastien Roy est cité comme l’un des plus doués de sa génération. Concertmaster de l’Orchestre Symphonique de Columbus (Ohio, USA) de 2013 à 2015, il fut également Premier-Concertmaster invité de l’Opéra Royal de Suède à Stockholm à l’hiver 2015. Il est depuis septembre 2016 membre de l’Orchestre Symphonique de Montréal.

 

Jean-Sébastien a remporté deux des plus grandes distinctions au pays : le Prix d’Europe 2006 ainsi que le prêt du Stradivarius Windsor Weinstein 1717 par le Conseil des arts du Canada (de 2006-2009). Lauréat du Concours OSM et récipiendaire du prix Joseph-Rouleau au Concours musical international de Montréal, il a effectué une importante tournée de récitals à travers le Canada en 2009. Il a été artiste en résidence au Conservatoire de musique de Montréal à titre de premier violon du quatuor à cordes Mercure et s’est produit comme soliste avec plusieurs orchestres, notamment l’Orchestre du Centre National des Arts à Ottawa, l'Orchestre Symphonique d'Edmonton, l’Orchestre Métropolitain sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, et Les Violons du Roy. Il a joué en récital au Canada, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Polynésie Française.

 

Paul Kantor. Johanne Arel, Denise Lupien et Rodney Friend comptent parmi ses principaux professeurs. Jean-Sébastien joue un magnifique violon Carlo Antonio Testore de 1745 ainsi qu'un archet de Jacob Eury de 1820.

Hubert Tanguay-Labrosse clarinette

Lauréat du Grand Prix Standard Life du Concours OSM, édition 2009, Hubert Tanguay-Labrosse a débuté l’apprentissage de la musique par le biais des programmes à vocation musicale des écoles Le Plateau et Joseph-François-Perreault. Diplômé de la Juilliard School (clarinette, classe de Charles Neidich) et du Conservatoire de musique de Montréal (direction, classe de Raffi Armenian), il s’est produit ces dernières années à titre de soliste au sein de nombreux ensembles canadiens, au nombre desquels on peut compter les Orchestres symphoniques de Montréal, de Sherbrooke, de Longueuil et de Terre-Neuve. On a également pu l’entendre sur les ondes de la Société Radio-Canada.

 

En 2013, avec ses collègues et amis, Hubert Tanguay-Labrosse a fondé BOP, une compagnie de production dédiée à la présentation de ballets, d’opéras et de pantomimes dont il assure la codirection artistique et la direction musicale.

Billets

Les billets sont en vente sur ce lien ( cliquer ici ).

Il sera également possible d’en acheter sur place, le soir du concert à partir de 19h30.

 

Prix

 

25 $    pour un concert
80 $    pour un passeport valide pour les quatre concerts

Contact

Téléphone

514 389-3899

Fondateur

Clément Canac Marquis

 

Présidente

Lucie Hamel

 

Vice-Président

Renald Allen

 

Administrateur(trice)s

Clément Canac Marquis

Michele Girard

Maxime Savaria

Mario Séguin

Marianne Veilleux

 

Secrétaire-trésorier

Vincent Le Floc'h-Pagé

 

Responsables de la programmation

Mathieu Gaudet

Georges Nicholson

 

Relations de presse

Katherine Fournier

 

Secrétaire

Francine Lachappelle

 

Design graphique et conception du site web

Béatrice Dubreuil

Laissez-nous vos commentaires !

Submitting Form...

The server encountered an error.

Message envoyé.

Partenaires

 

Depuis son entrée en 2008 au Conservatoire de musique de Montréal dans la classe de Marie-Andrée Benny, d'où elle obtient un Prix avec Grande Distinction à l'unanimité du jury en 2013, la flûtiste Ariane Brisson s'est démarquée à travers différents concours nationaux et internationaux, notamment à la 28e édition du concours de l'OSTR (Grande Lauréate - 2012), au prestigieux concours du Prix d'Europe (Grande Lauréate - 2013), ainsi qu’à la 6e édition du concours international de flûte de Cracovie (2014).

Révélation Radio-Canada 2015-2016 en jazz, le pianiste Guillaume Martineau se distingue par sa polyvalence et sa créativité. Il termine des études en jazz au Berklee College of Music à Boston en 2012 ayant reçu le North American Scholarship et le Zambelli Award. Alors qu’il détenait une maîtrise en classique à l’Université McGill et venait de remporter le 1er prix au Concours de musique du Canada en 2009, ce fut sa rencontre avec Oliver Jones qui l’a motivé à faire un saut en jazz. Il a été le soliste invité de six orchestres symphoniques différents, a enregistré le piano dans le long-métrage Louis Cyr et à ce jour trois albums de musique originale en son nom. Guillaume Martineau doit sa sensibilité musicale et son ouverture d’esprit à ses maîtres, tant jazz que classique : Menahem Pressler, Anton Kuerti, Richard Raymond, Gilles Manny, JoAnn Brackeen et Laszlo Gardony, pour ne nommer que ceux-là.

 

(7’)

(10’)

Fran

(12')

(19’)

 

Révélation Radio-Canada 2015-2016 en jazz, le pianiste Guillaume Martineau se distingue par sa polyvalence et sa créativité. Il termine des études en jazz au Berklee College of Music à Boston en 2012 ayant reçu le North American Scholarship et le Zambelli Award. Alors qu’il détenait une maîtrise en classique à l’Université McGill et venait de remporter le 1er prix au Concours de musique du Canada en 2009, ce fut sa rencontre avec Oliver Jones qui l’a motivé à faire un saut en jazz. Il a été le soliste invité de six orchestres symphoniques différents, a enregistré le piano dans le long-métrage Louis Cyr et à ce jour trois albums de musique originale en son nom. Guillaume Martineau doit sa sensibilité musicale et son ouverture d’esprit à ses maîtres, tant jazz que classique : Menahem Pressler, Anton Kuerti, Richard Raymond, Gilles Manny, JoAnn Brackeen et Laszlo Gardony, pour ne nommer que ceux-là.